La gemmothérapie dans les pharmacies

La gemmothérapie dans les pharmacies

La gemmothérapie est proposée en pharmacie. Cette pratique médicinale fait partie de la famille des phytothérapies et appelée communément la « médecine des bourgeons ». Elle propose de traiter et de prévenir les problèmes de santé grâce aux arbustes, jeunes pousses et radicelles. Son utilisation remonte au Moyen Âge où le sirop a été fabriqué pour soigner la maladie respiratoire. Elle utilise généralement les tissus embryonnaires de certaines plantes pour arriver à ses fins.

Sa création

Le Docteur Pol Henry est le père fondateur de la gemmothérapie, cette thérapie à base de plantes. Il s’est heurté à des limites qui l’ont poussé à effectuer une étude approfondie dans son expérience en homéopathie.

Il s’est orienté alors vers la phytothérapie et a découvert les vertus médicinales de ces cellules souches. Curieux par nature, le Docteur a envisagé de mener ses recherches sur les végétaux et s’est intéressé plus particulièrement aux bourgeons.

Il est le premier scientifique à être intéressé à cette partie. Ses expériences ont porté leur fruit puisqu’il a percé le secret des tissus embryonnaires.

Qu’est-ce que c’est ?

Elle consiste à l’utilisation des propriétés des tissus jeunes des plantes en pleine croissance, essentiellement les jeunes pousses, les radicelles ou encore les bourgeons.

Elle vient du mot latin « gemma » qui signifie l’ornement au sens large faisant référence à la pierre précieuse et au bourgeon.

Il faut une préparation spécifique pour l’extraction de ses composants et pour profiter du bienfait qu’offrent ses propriétés.

La découverte d’une technique d’extraction a vu le jour avec l’investigation du Docteur Pol Henry dans les années 60.

En quoi consiste cette méthode ?

Ils sont naturellement récoltés au printemps, au moment où la maturité garantit leur intégrité et leur vigueur. Ils sont cueillis à l’état frais juste avant l’éclosion pour la préservation de leur énergie vitale. Ceux qui ont été séchés ou congelés perdent toute une partie de leur composant sensible.

Ils sont récoltés bio en France pour une qualité optimale et pour le respect de Mère Nature. Une charte de cueillette gère et garantit le respect des arbres et de son environnement naturel.

Un botaniste se rend sur la zone de cueillette avec un moyen de locomotion adapté pour préserver au mieux las biodiversité et les milieux naturels.

La préparation s’effectue en plongeant les jeunes pousses dans une solution conçue spécialement pour l’extraction des composants actifs. Ils y macèrent durant 3 semaines pour obtenir le « macérât ».

Le bourgeon et ses richesses

Il est constitué de tissus embryonnaires contenant tous les principes actifs et l’énergie vitale nécessaire pour le bon développement du végétal à venir. Il renferme à lui seul les propriétés des feuilles, des fleurs et des fruits ce qui explique l’efficacité d’action de ses extraits.

Cette enveloppe des tissus embryonnaires est en quelque sorte le cerveau d’une plante, car il y a des tiges, des feuilles miniatures et des ébauches de fleurs.

Le tissu embryonnaire qui le compose renferme le patrimoine génétique du futur arbuste. Il est riche en acide nucléique, en vitamines, en oligo-éléments, etc. Les radicelles ou les bourgeons sont récoltés avant leur éclosion durant le printemps pour conserver sa pureté.

La phytothérapie utilise toutes les parties d’une plante adulte alors que la gemmothérapie travaille sur les tissus embryonnaires en pleine croissance.

Les remèdes contiennent la totalité des propriétés du végétal. Le macérât-mère concentré possède ainsi des propriétés sédatives associées à la fleur et les vertus diurétiques et dépuratives.

Son usage en pharmacie

Il y a deux types de préparation en gemmothérapie : le macérât glycériné dilué et le macérât-mère concentré.

Le premier est obtenu par macération des bourgeons dans un mélange d’alcool à 60° et de glycérine. Les spécialistes le diluent dans le mélange d’eau, d’alcool et de glycérine après l’avoir filtré pour donner une solution 10 fois moins concentrée.

Cette préparation par dilution nécessite une forte dose de jeunes pousses pour l’obtention de principes actifs suffisants.

Elle présente des inconvénients puisque les posologies varient de 50 à 150 gouttes/jour et la dose d’alcool ingérée est plus importante que le macérât glycériné concentré.

Le second est obtenu par macération du tissu embryonnaire dans une solution eau-alcool-glycérine sans la diluer. Ces 3 solvants permettent l’extraction de la majorité du principe actif qui est présente dans les bourgeons.

Ce macérât concentré est une avancée innovante sur son utilisation et sur ses principes actifs. La dose à prendre est 10 fois moins importante que la première préparation.

La macération-mère des jeunes pousses se fait directement dans la solution composée de 33% de glycérine, 33% d’alcool et 33% d’eau. Leur action libère les principes actifs puisqu’ils jouent chacun un rôle respectif.

– La glycérine peut extraire les composés liposolubles comme les vitamines ou les flavonoïdes.

– L’alcool élimine tous les alcaloïdes (substance azotée) présents dans les bourgeons.

– L’eau met en exergue les polysaccharides, les sucres, les vitamines et les sels minéraux.

L’alcool est présent en très faible quantité pour la posologie de 15 gouttes permettant son utilisation aux enfants et aux femmes enceintes.

Son efficacité

L’originalité et les vertus de cette médecine non conventionnelle se remettent sur la différence des composants des tissus embryonnaires par rapport aux plantes adultes.

Ils contiennent des molécules qui servent à l’élaboration du futur arbre. Des acides aminés en forte quantité y sont présents pour qu’il puisse fabriquer ses protéines ultérieurement.

Les bourgeons renferment des sucres, des oligo-éléments, des minéraux et des vitamines pour constituer la réserve d’énergie.

Le flavonoïde est le composant le plus actif dans le tissu embryonnaire à laquelle s’ajoutent d’autres éléments comme les cytokinines, les auxines, les gibbérellines pour le permettre de croître.

En pratique

Cette méthode de traitement est de plus en plus populaire dans les pays Européens, notamment en Belgique et en France. De nombreux homéopathes, naturopathes, herboristes l’intègrent dans leur discipline et les produits sont facilement accessibles dans les pharmacies.

Elle en est à ses premiers pas en Amérique du Nord et au Québec puisqu’il y a peu de phytothérapeutes qui la connaissent. Les produits n’y sont pas disponibles directement, les consommateurs doivent contacter les laboratoires et les fabricants directement pour se les procurer.

Les vertus de cette partie de la plante se révèlent variées que l’espèce dont elle est issue.

Une thérapie naturelle

C’est une forme de phytothérapie innovée et abordable pour toute personne, elle peut être prescrite aux enfants et aux femmes enceintes dans certaines limites.

Les gouttes de macérât-mère concentré sont à prendre avant le repas et directement par voie orale pour un effet garantit.

Il est conseillé de prendre 5 à 15 gouttes/jour pour un adulte et 1 goutte/jour par année d’âge pour un enfant plus de 3 ans.

Les patients sont toujours conseillés de se conformer à l’avis d’un spécialiste de la gemmothérapie pour tout traitement.

Les applications thérapeutiques

L’aubépine est utilisée pour les problèmes de circulation grâce à sa propriété apaisante. Elle diminue les palpitations et le rythme cardiaque et protège les muscles du cœur.

Le bourgeon du bouleau est utilisé pour le nettoyage du foie et la voie urinaire permettant d’éliminer avec facilité les déchets organiques comme le cholestérol et l’acide urique. Il est efficace pour traiter la polyarthrite chronique évolutive.

Les jeunes pousses d’amandier réduisent le niveau sanguin de triglycéride et agissent en tant qu’anticoagulant pour l’organisme permettant à la prévention des maladies cardiovasculaire. Ils diminuent aussi le niveau d’acide d’urée et urique et préviennent contre la formation de calcul biliaire. Entre autres, ils stimulent la glande thyroïde.

Le cassis soulage la manifestation allergique respiratoire ou cutanée et apaise les douleurs articulaires. Il peut lutter contre la fatigue mentale et physique et traite l’hypotension avec efficacité. Il agit aussi comme un anti-inflammatoire tout en augmentant le niveau de cortisol.

Celui du figuier apaise les troubles du sommeil et agit sur le stress, c’est-à-dire qu’il a un effet sur le système endocrinien. Il réduit la brûlure d’estomac et le symptôme dépressifs.

Le gui est utilisé pour contrôler les problèmes cardiaques, ses radicelles éliminent les soucis cardio-vasculaires en abaissant le niveau de cholestérol dans le sang et réduisent les symptômes liés à la ménopause.

Le pin agit comme un reminéralisant et prévient l’usure du cartilage, ses pousses sont efficaces pour traiter certaines formes d’arthrose. Il peut soigner les affections respiratoires comme la sinusite, le rhume et la toux.

Le romarin est un meilleur désintoxiquant du foie et de l’organisme en diminuant le niveau d’acide urique. Le niveau de lipide peut être abaissé grâce à ses jeunes pousses.

Le bourgeon de tilleul nettoie l’organisme et l’aide à évacuer les déchets. Il régule le niveau sanguin de cholestérol en réduisant le risque de maladie associé au cœur. C’est le type de médicament gemmothérapique à demander dans une pharmacie en cas de régime alimentaire, il favorise la perte de poids avec une telle rapidité.

La vigne est la plante adéquate en cas d’affection chronique inflammatoire. Elle possède dans ses bourgeons une bonne quantité de polyphénol qui agit comme anti-inflammatoires et anti-oxydantes.

Sa différence avec la phytothérapie et les avantages du macérât-mère

Leur différence se distingue sur l’objet d’étude et la recherche du traitement. La première utilise l’intégralité du végétal (fleur, feuille, racine) et la deuxième, issue de la phytothérapie, se concentre seulement sur l’usage des jeunes pousses et des bourgeons.

Sa quantité en alcool est moins importante que celle de la D1, ce qui est un trait important pour les personnes âgées et les enfants.

La facilité d’emploi et le volume de stockage procurent un grand avantage, le patient utilise un flacon de 50 ml au lieu de 500 ml.

Elle s’effectue dans un mélange eau-alcool-glycérine qui participe à la transmission et à l’extraction de l’énergie des radicelles et des bourgeons.

Mincir grâce à la gemmothérapie

Elle agit globalement sur l’ensemble de l’organisme et du métabolisme. De nombreuses solutions tirées de cette médecine douce ont en commun des spécificités diurétiques, de détox ou de drainage.

C’est une solution pour réguler les fonctions défaillantes présentes dans le corps : immunité, élimination, circulation ou troubles lié à l’obésité.

Elle n’est pas une solution miraculeuse dans le cadre d’un régime amincissant, il faut manger équilibré et sainement et faire d’exercice. La cure détox est l’idéale pour bien éliminer les graisses et les kilos en trop.

Ceux qui effectuent un régime sont conseillés de boire un demi-litre d’eau accompagner des gouttes de macérât-mères jusqu’à l’obtention de l’effet voulu. 30 gouttes de jeunes pousses de romarin sont nécessaires pour perdre moins de 10 kg et 30 gouttes de bourgeon de genévrier sont utiles pour plus de 10 kg.

Cette pratique est un régime qui peut convenir à tout le monde. Les ingrédients employés ne contiennent pas les composants chimiques et toxiques trouvés dans certains végétaux. Les produits sont disponibles en pharmacie, en parapharmacie et même surs le site internet et il est facile de s’en procurer.

La dose standard

Le thérapeute prescrit normalement le dosage qui correspond parfaitement au souci. Il est conseillé de prendre 3 à 5 gouttes 2 à 6 fois par jour en phase aiguë. Le traitement ne doit pas dépasser la limite de 3 jours. Il faut changer de remède si la phase aiguë ne se calme où voir directement un médecin.

5 à 15 gouttes à prendre tous les jours durant 3 semaines peuvent suffire pour le traitement ponctuel jusqu’à ce que les symptômes disparaissent. Il est conseillé de reprendre la cure pour 3 semaines après la semaine d’arrêt si c’est nécessaire.

5 à 15 gouttes par jour durant 3 semaines d’affilée et une semaine de pause doit être prise pour le traitement de fond, que ce soit curatif ou préventif. Un mois d’arrêt est utiles avants de reprendre le cycle.

Contre-indication

Elle ne présente aucune contre-indication notoire lors du traitement, cependant, une femme enceinte ne doit pas prendre les unitaires et les complexes que sur prescription d’un médecin durant les 3 premiers mois de grossesse.

Elle doit veiller à ne pas ingérer les bourgeons à action hormonale comme le chêne, le séquoia, l’airelle et le framboisier.

Toutes personnes qui suivent un traitement d’anticoagulants ou qui prennent des médicaments liés au cœur doivent impérativement voir un gemmothérapeute pour définir le dosage adéquat.